Quantcast

LEAD 3-Deux pétroliers victimes d'avaries suspectes en mer d'Oman


Shutterstock photo


(Actualisé avec précisions)

DUBAI, 13 juin (Reuters) - Deux pétroliers ont subi jeudides avaries suspectes en mer d'Oman, près du détroit d'Ormuz,ont fait savoir leurs propriétaires, un mois après un incidentsimilaire dans la même zone.

Le Front Altair et le Kokuka Courageous, qui sontrespectivement sous pavillon des îles Marshall et du Panama, ontété évacués et leurs équipages sont en sécurité, dit-on desources maritimes.

Selon le président de Kokuka Sangyo, propriétaire du KokukaCourageous, le navire a été attaqué à deux reprises en l'espacede trois heures et un incendie s'est déclaré dans la salle desmoteurs.

L'agence de presse iranienne Irna a indiqué que 44 membresd'équipage de deux pétroliers endommagés ont été repêchés en merd'Oman par des secouristes iraniens et conduits à Jask, un portiranien.

La même agence de presse a rapporté que le Front Altairavait coulé, ce qu'ont rapidement réfuté Frontline FRO.OL , sonpropriétaire norvégien, et les autorités portuaires iraniennes.

Les cuves du Front Altair, qui faisait route pour Taiwan,contenaient 50.000 tonnes de naphte et celles du KokukaCourageous, qui prenait la direction de Singapour, du méthane.Selon l'armateur du premier, le taiwanais CPC, il "semble avoirété touché par une torpille".

Basée à Bahreïn, la Ve Flotte américaine a annoncé de soncôté avoir reçu deux appels de détresse. "Nous sommes au courantde l'attaque de pétroliers en mer d'Oman. Les forces navalesaméricaines de la région ont reçu deux appels de détressedistincts, l'un à 06h12 heure locale et l'autre à 07h00", adéclaré son porte-parole Joshua Frey.

Un cinquième de la demande mondiale de pétrole transite parle détroit d'Ormuz, où quatre navires de commerce ont déjà étéles cibles d'"actes de sabotage", le 13 mai. Selon Ryad etWashington, ces incidents sont dus à des mines iraniennes, ceque Téhéran dément. urn:newsml:reuters.com:*:nL5N22P6EI

Les incidents de jeudi ont provoqué une forte hausse descours du baril de Brent LCOc1 qui progressait de 4,05% à 62,40dollars, et de ceux du brut léger américain CLc1 qui gagnait4,01% à 53,19 dollars vers 12h30 GMT.

"Je suis extrêmement préoccupé par la sécurité de noséquipages qui franchissent le détroit d'Ormuz", a commenté Paolod'Amico, président d'Intertanko, une fédération de transporteurspétroliers.

"Il faut se rappeler que 30% de la flotte pétrolièremondiale passe par le détroit (d'Ormuz). Si les eaux cessentd'être sûres, c'est l'approvisionnement de tout le mondeoccidental qui est en péril", a-t-il encore déclaré.

<^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
GRAPHIQUE (en anglais) localisant les deux pétroliers touchés
https://tmsnrt.rs/2X6nIQF
    ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^>
(Lisa Barrington, Rania El Gamal et Shadia Nasralla, avecKoustav Samanta et Jessica Jaganathan à Singapour, Liang-Sa Lohet Yimou Lee à Taïpei, Terje Solsvik à Oslo, Ghaida Ghantous àDubaï;Jean-Philippe Lefief et Nicolas Delame pour le service français) ((paris.newsroom@reuters.comService informations générales 01 49 49 53 34))






This article appears in: Stocks , Politics
Referenced Symbols: FRO



More from Reuters

Subscribe







See Reuters News













Research Brokers before you trade

Want to trade FX?